POÊLE À BOIS

Un véritable engouement est né ces dernières années pour les poêles à bois et leur succès ne se démentira probablement pas dans les années à venir car le poêle à bois est une solution de chauffage esthétique, économique et écologique !

 

En tant qu’énergie propre, il bénéficie d’un crédit d’impôt de 15 %

Il existe plusieurs types de poêle à bois : le classique, à postcombustion, turbo et de masse.

(A) Entrée d’air de combustion primaire et de post-combustion
(B) Commande de régulation
(C) Convoyeur d’air de combustion primaire
(D) Entrée d’air de combustion secondaire et nettoyage vitre
(E) Introduction d’air de post-combustion
(F) Ventilateurs air convection
(G) Sortie d’air chaud convection
(H) Grille cendres
(I) Bac à cendres
(L) Bouche sortie fumée

Principe de la post combustion

La post combustion, ou double combustion, permet de récupérer plus d’énergie en brûlant les gaz issus de la première combustion d’un chauffage au bois.

En effet, la première combustion d’un feu de bois permet de brûler les bûches et une petite quantité des gaz issus de cette combustion.

La post combustion permet d’enflammer la majeure partie des gaz imbrûlés lors de la première combustion, augmentant ainsi le rendement de votre chauffage au bois.

POELE DE MASSE

Le poêle de masse est un poêle à bois à haut rendement.

Principe du poêle de masse

Le poêle de masse accumule la chaleur durant la flambée et la restitue lentement et longtemps une fois le feu éteint.

Ainsi, pour 2 h de forte flambée, le poêle continue à restituer sa chaleur durant environ 24 h. Une seule flambée par jour suffit donc à chauffer votre intérieur.

Le poêle de masse est constitué :

d’un corps de chauffe fait en matériaux lourds permettant d’accumuler la chaleur et de la restituer par rayonnement ;
d’une première chambre de combustion où le bois est brûlé ;
d’une deuxième chambre de combustion où sont brûlés les gaz issus de la première combustion.
Le poêle de masse utilise ainsi le principe de la post combustion :

Une forte flambée doit être créée dans la première chambre afin d’atteindre les 600°C.
Les gaz issus de cette combustion atteignent ainsi la température nécessaire à leur combustion dans la deuxième chambre.
On obtient alors une température de l’ordre de 1 000°C à l’intérieur du poêle. Cette chaleur est accumulée dans le corps de chauffe et restituée par la suite.